J. Pichard : L'œuvre d'orgue - Pièces pour orgue, percussions et voix (Egl. Ste-Croix de Montélimar)

J. Pichard : L'œuvre d'orgue - Pièces pour orgue, percussions et voix (Egl. Ste-Croix de Montélimar)
classica4etoiles

TRI331149 - 75’21

L’œuvre pour orgue de Jacques Pichard.

“Coup de chapeau“ de M’O, revue d’orgue de Jean Ferrard.

Produit

Sélectionner Nom Coût Quantité
J. Pichard : L'œuvre d'orgue - Pièces pour orgue, percussions et voix (Egl. Ste-Croix de Montélimar) €15.00
    


Extrait

Nom Extraits
01 In memoriam Thaddee In
03 O coruscans lux - O mein eynigs G.
04 Livre d'orgue pour le Temps de la Passion - I. Le dernier repas
08 Livre d'orgue pour le Temps de la Passion - V. La montée au Calvaire

 

« In memoriam Thaddée In Impressionnante, la première plage ! Ce mariage de la percussion […] et de l’orgue est particulièrement réussi et extrêmement bien rendu. Rendons grâce à la prise de son qui a trouvé le parfait équilibre entre l’instrument démagogique et son partenaire : comme dans un véritable - mais si rare - couple bien assorti, aucun n’écrase l’autre, et chacun se fait entendre, dans la douceur comme dans l’intensité d’un imposant climax. (Œuvre primée au Concours international de composition de la ville de Bordeaux 2002)…

On ne peut qu’applaudir la performance de Dominique Levaque, dont le compositeur déclare qu’il est “le plus fidèle interprète” de cette Suite (Le livre d’orgue pour le Temps de la Passion) la partition ne semble guère aisée d’accès, même pour un organiste voyant, et à elle seule, la mémorisation de cette musique très dense impose le respect. Il est assez rare qu’un CD de musique contemporaine pour orgue - monographie d’un jeune compositeur, qui plus est - présente autant de qualités (je n’ai rien dit de l’orgue (Beckerath de l’église Ste Croix de Montélimar) riche en couleurs, bien harmonisé, et répondant à toutes les exigences de cette musique), espérons [qu’avec ce “Coup de chapeau”, grand nombre de mélomanes ose] franchir les frontières de leur répertoire habituel ! »

Jean Ferrard - M’O - Mai 2006